Créer sa start-up en Offshore ou avec Company Creation
Au sommaire :
  1. Récapitulatif des avantages fiscaux
  2. Hong-Kong, Terre Entrepreneuriale
  3. Et pourquoi pas tester company creation ?

En tant que jeunes entrepreneurs, on a tous besoin de réduire les coûts au maximum lors de l’amorçage de notre start-up.
Une fois lancé, dans une dynamique de création de valeurs, et une fois l’apparition de chiffre d’affaires, les impôts deviennent une dépense fixe non négligeable dont se passeraient bien de nombreuses start-up. Une solution trop peu souvent envisagée est la domiciliation de la start-up en Offshore.

On a souvent une image mitigée de l’Offshore pour une société, cependant savez-vous que la majorité des géants du E-commerce comme Amazon, Skype, Spotify, eBay ou encore la plate-forme iTunes d’Apple sont tous domiciliés en Offshore pour optimiser leur fiscalité ? Ils réalisent des millions d’euros de chiffre d’affaires en France, mais n’y paient quasiment pas d’impôts parce qu’ils sont tout simplement domiciliés au Luxembourg.

De leurs côtés, Google et Microsoft eux, ont préféré l’Irlande et son exemption fiscale totale valable les 3 premières années d’existence de la société. Pourquoi ne pas faire pareil lors du lancement de votre start-up ? Eh oui !

Récapitulatif des avantages fiscaux

Avec un Taux d’impôts sur les société de 33,33% la France n’est pas le paradis rêvé des jeunes entrepreneurs en mal de cash. Par ailleurs, ce ne sont pas les prochaines potentielles mesures de Mr François Hollande qui devraient arranger les choses.

Alors qu’elles sont les avantages de ces “destinations offshore” ? voici un petit récapitulatif sous forme de tableau

avantage de l'offshore

A ces quelques destinations offshore, on peut ajouter le Luxembourg bien évidemment avec 0% d’IS, Le Royaume-Uni avec 4% d’IS, ou encore le Candada avec 5%.

Hong-Kong, Terre Entrepreneuriale

Hong-Kong building

Hong-Kong building

Selon Les Echos, les entrepreneurs étrangers en Chine travaillent principalement dans le secteur tertiaire, et leur clientèle est en majorité non chinoise. Ils représentent souvent des sociétés domiciliées à Hong Kong, qui ne sont la plupart du temps que de simples « boîtes aux lettres ».
Ces entrepreneurs s’entourent de professionnels très qualifiés parlant couramment le mandarin, connaissant bien l’économie chinoise et tirant profit des volumes élevés d’investissements étrangers directs.

Hong Kong se révèle terre d’entrepreneuriat pour tous les profils. La place est très ouverte aux petits acteurs.

En 2010, une convention fiscale particulière a été signée entre la France et Hong-Kong. Celle-ci redonne de la légitimité à Hong Kong comme plate- forme d’accès au marché Asiatique
Ainsi :

  • Les sociétés à Hong Kong supportent un impôt sur les profits de 16,5% mais n’en paient pas si la source du profit trouve son origine en dehors de Hong Kong. (et ceci est valable pour la majorité des places offshore).
  • Sur des dividendes rapatriés vers la France la retenue à la source en Chine est de 10% alors que vers Hong Kong elle n’est que de 5%.

Et pourquoi pas tester company creation ?

Si vous souhaitez obtenir d’avantages d’informations sur le transfert de siège en offshore, la création de société en offshore, ou tout simplement sur toutes les optimisations fiscales possibles en offshore, je vous invite à vous rapprocher de company creation spécialisé en création de société en offshore et à l’international.

 

Avez vous lu ?


Pin It
 

ABONNEZ-VOUS

 

23 commentaires

  1. Pingback: c3m

  2. Pingback: Hugues Leproux

  3. Pingback: Luisa Billamboz

  4. Pingback: c3m

  5. Pingback: Alexandre Jeanpetit

  6. Pingback: Thibault M

  7. Pingback: Stéphane Genty

  8. Pingback: France Offshore

  9. Pingback: c3m

  10. Pingback: Franck GAUTIER

  11. Pingback: c3m

  12. Pingback: c3m

  13. Pingback: c3m

  14. Pingback: greg

  15. Pingback: Charles - PressMyWeb

  16. Pingback: Charles - PressMyWeb

  17. Pingback: Hugues

  18. Madagascar aussi est devenu une bonne destination pour les offshores francophone actuellement.
    Avantages :
    – Coûts des mains d’oeuvre
    – Excellent niveau de français
    – Présence massive d’écoles et instituts internationaux (secteur NTIC)
    Inconvénients :
    – Parfois, lourdeur au niveau administratif
    – Incompétences dans certains domaines
    – lenteur au niveau virement bancaire, non acceptation Paypal etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *