Au sommaire :
  1. Les faits
  2. La checklist
  3. Autres fonctionnalités à prendre en compte
  4. N’oubliez pas l’aspect social
  5. En conclusion

Ça y est ! Vous avez décidé de lancer votre blog et vous avez opté pour WordPress. Vous vous apprêtez à conquérir le monde avec vos articles, attention Internet j’arrive : tadaaam !

Cependant, la vraie vie ne ressemble pas tout à fait au dernier épisode de la série de votre super-héros favori. Pour vous faire votre place au soleil sur le web, il va falloir travailler et être patient.

Les faits

Si Cmsmatrix recense plus de 1200 CMS, Drupal, Joomla et WordPress tiennent largement le haut du pavé. WordPress, avec ses 60 millions de sites propulsés à travers le monde (18 millions de téléchargements depuis son lancement jusqu’en avril 2013), représenterait à lui seul 63% des sites ou blogs réalisés par CMS, selon notre infographie du jour (voir plus bas) publiée par Techmagnate.

Il est en tout cas le plus utilisé actuellement, et celui qui affiche la meilleure progression en France comme dans le monde, si l’on en croit les tendances de recherches générées par Google Trends.

 

wordpress SEO référencement moteur de recherche CMS  google trends CMS 550x175 photo

Autant dire que vous n’êtes pas tout seul à convoiter le haut du classement de Google et que la concurrence est rude.

Votre positionnement dépendra principalement de votre contenu, de la fréquence à laquelle vous publierez vos articles, de la manière de les rédiger, et du nombre de partages que vous obtiendrez. Mais vous pouvez (devez) aussi prendre quelques mesures techniques pour favoriser un bon référencement dans les moteurs de recherche.

La checklist

1. Optimisez vos URL

Par défaut, la structure des URL de WordPress (permaliens) ressemble à ceci : www.monsite.fr/?p=1234. Vous conviendrez que ce n’est guère « user friendly ». Cette forme d’URL ne contient aucune information sémantique, ni pour votre visiteur potentiel, ni pour les moteurs de recherche. Il faut donc changer ça !

wordpress SEO référencement moteur de recherche CMS  Infographie seo checklist for your wordpress blog photo

Source infographie : Techmagnate

Dans Réglages > Permaliens, vous pourrez choisir entre plusieurs options. Si aucune ne vous convient, vous pouvez opter pour des URL personnalisées. Le Codex de WordPress vous y aidera.

Idéalement, vous devez faire ce réglage avant de publier votre blog WordPress : inutile de laisser Google indexer votre site avec des URL qui ne vous conviennent pas. En les corrigeant par la suite, vous risquez d’être pénalisé pour « Duplicate Content ».

Si vous lisez ce conseil trop tard, il faudra alors vous plier au fastidieux travail de redirection 301 des anciennes adresses vers les nouvelles. Si vous deviez en passer par là, le plugin Redirection permet de le faire via une interface simple et intuitive.

Note supplémentaire

Dans les archives, les URL comportent par défaut un préfixe de catégorie ou de tag. En clair, vos URL ressembleront à www.monsite.fr/category/nom-de-votre-categorie/

Ce « category » est gênant, vous ne trouvez pas ? Il n’apporte aucune information sémantique à vos lecteurs ou aux moteurs, allongeant ainsi inutilement votre URL. Il provoque de surcroît un message d’erreur si l’on essaie de remonter à ce niveau dans l’URL. Pour y remédier, téléchargez WP No Category, qui se chargera de supprimer ce préfixe.

2. Vos mots-clés principaux dans la balise H1

Le contenu de la balise <h1> contient (ou devrait contenir) le titre principal de votre page, qui lui-même reprend – en principe – les mots-clés principaux du sujet. Pour votre référencement, il est important que cette balise soit unique et sémantique.

Malheureusement, sur bon nombre de thèmes WordPress, c’est le nom du site qui est inclus automatiquement en H1. Le contenu de la balise est alors le même sur toutes les pages.

Si c’est le cas du thème que vous avez choisi (vous pouvez facilement le vérifier dans le code source de vos pages), une petite manipulation dans le code est nécessaire. Rien de bien compliqué, rassurez-vous. Cet article sur l’optimisation des balises Hn de Noviseo vous guidera pas à pas.

3. Autorisez l’indexation de vos pages de catégories et de tags

Ces pages sont importantes puisqu’elles réorientent vos visiteurs vers d’autres contenus.

Elles bénéficient aussi d’une prépondérance naturelle aux yeux des moteurs de recherche car elles sont généralement fortement « linkées » (catégories dans les menus ou colonne latérale, tags en bas d’articles ou dans un nuage). De ce fait, elles peuvent être une bonne source de trafic entrant sur des expressions génériques, alors que vos articles vont plutôt positionner votre blog sur la longue traîne.

Leur indexation se fera naturellement, mais encore faut-il bien les positionner dans les résultats de recherche.

Pour vos catégories, pensez à optimiser votre balise <h1> et à écrire une description pertinente et unique pour chacune d’elle. Pour qu’elle soit reprise dans la balise meta, vous pouvez utiliser le plugin Headspace2 SEO ou encore Category SEO Meta Tags et insérer respectivement %%category_title%% et %%category_description%% dans les champs adhoc.

Pour la description des pages de tags, les choses se corsent. Je n’ai pas trouvé de plugin pour vous aider (si vous en connaissez, n’hésitez pas à le signaler en commentaire). Il faudra dès lors plonger les mains dans le code si vous en avez les compétences.

4. Utilisez des plugins SEO pour faciliter l’optimisation

Comment ne pas citer ici WordPress SEO by Yoast, véritable couteau suisse utilisé par la plupart des sites WordPress qui accordent de l’importance à leur référencement ? Il peut à lui seul remplacer bon nombre d’autres !

Utiliser des plugins s’avère bien pratique. Cependant, gardez à l’esprit que ceux-ci alourdissent votre site au détriment de ses performances, et nécessitent des mises à jours régulières. Si vous êtes un peu développeur sur les bords (et même au milieu), lisez l’article 21 hacks pour WordPress de SeoMix, même s’il date un peu.

5. Optimisez vos images

Les images font partie intégrante de votre référencement. Donnez un nom sémantique à vos fichiers (tarte-aux-fraises.jpg et non IMG0001.jpg) avant de les charger sur le site. Ensuite, remplissez au minimum le texte alternatif de votre image, qui sera repris dans l’attribut « alt ».

Notes supplémentaires

1. L’attribut « alt »
Il n’a pas pour vocation initiale de servir votre référencement, même s’il lui est utile. Le « texte alternatif » est destiné à s’afficher lorsque l’image est manquante. Il est également d’une grande utilité aux personnes déficientes visuelles qui utilisent la synthèse vocale pour surfer. Aussi, ne bourrez pas le « alt » de mots-clés sans rapport avec l’image : son contenu doit être court et réellement correspondre à l’image (ex. : alt= »logo WordPress »). Dans la même optique d’aider les déficients visuels, laissez-le vide sur les images purement décoratives (fond d’écran, séparateurs, etc).

2. L’attribut « title » de l’image
L’infographie de Techmagnate conseille – erronément – de compléter systématiquement l’attribut « title ». A ma connaissance, cet attribut n’est pas pris en compte pour votre référencement. Le contenu, qui s’affichera dans une infobulle au survol de la souris, ne doit être complété QUE s’il apporte une information complémentaire au surfeur (ex. : title= »lien vers le site WordPress »). Aussi, ne doublez PAS le texte du « alt »; c’est inutile pour les voyants, et les synthétiseurs vocaux liraient 2 fois la même chose.

6. Insérez votre profil Google+

wordpress SEO référencement moteur de recherche CMS  googleplus pressmyweb photoSi vous avez un compte Google+, vous pouvez faire en sorte que votre identité d’auteur ainsi que votre photo s’affiche dans les résultats de Google, à côté des titres de vos articles, grâce à la balise rel= »author ».

Outre le fait d’éventuellement satisfaire votre égo, cela devrait booster votre référencement si vous devenez progressivement un auteur reconnu dans votre branche. Si vous doutez encore de la réalité de l’Authorship et de l’AuthorRank, je vous incite à lire cet article sur l’AuthoRank d’Arobasenet, très éclairant à ce sujet.

Comment faire ? Encore une fois, si vous n’êtes pas à même de travailler dans le code, des plugins viennent à votre secours : WP Google Authorship ou encore Google Author Link.

7. Ajoutez Google Analytics à votre blog

Le 7e point de l’infographie est un abus de langage. Ajouter Google Analytics dans votre site n’en améliorera nullement son référencement. Par contre, cela vous permettra de récolter une foule de statistiques dont l’analyse vous révèlera les points forts et les points faibles afin d’améliorer votre site. Un plugin ? Oui : Google Analytics for WordPress.

Note supplémentaire

Au point 1 était abordé la structure des URL et la manière de les personnaliser. Pensez statistiques ! Si vous n’incluez pas le nom de vos catégories (par exemple) dans vos URL, il vous sera quasi impossible d’analyser les visites par catégorie par la suite. Il peut donc être bien utile de personnaliser vos URL en indiquant /%category%/%postname%/.

8. Placez un « Noindex » sur vos archives pour éviter le contenu dupliqué (?)

J’avoue humblement ne pas bien comprendre ce conseil de l’infographie présentée. Les archives sont sources de contenu, de mots-clés et donc de trafic, et il serait dommage de s’en priver. Il me paraît bien plus judicieux d’éviter le duplicate content grâce à l’URL canonique (voir plus bas).

Par contre, désindexer les articles totalement obsolètes, qui n’ont plus d’intérêt pour le visiteur permettra de réduire votre taux de rebond d’une part et au robot de Google de se concentrer sur des pages plus importantes d’autres part. Et ça, c’est une bonne idée !

Autres fonctionnalités à prendre en compte

1. Ajoutez un fil d’ariane et une balise d’URL canonique

Le fil d’Ariane

Il renseigne le visiteur sur l’endroit où il se trouve dans la structure de votre site, mais est aussi affiché dans les résultats de Google. Il ajoute ainsi une information sémantique, tant au niveau de votre site qu’au sein des moteurs.

wordpress SEO référencement moteur de recherche CMS  18909989 s URL 330px photoLa balise d’URL canonique

Je trouve dommage qu’elle soit reléguée au niveau des fonctionnalités secondaires dans l’infographie.

Dans un site WordPress ou chaque contenu est potentiellement accessible via de nombreuses URL (résultats de recherche, tags, catégories, flux RSS …), le risque d’être pénalisé pour « duplicate content » est important. La balise permet d’indiquer aux moteurs quelle est l’URL principale d’une page et lui indique que seule celle-là est à prendre en compte.

Pour ces deux fonctionnalités, le plugin WordPress SEO, cité plus haut, vient à votre secours.

2. Activez un flux RSS

Le flux RSS va accroître la visibilité de vos nouveaux articles et permettre à vos visiteurs de suivre plus facilement la vie de votre site. Il peut ainsi favoriser le partage rapide de vos articles.

Bonne nouvelle : c’est facile à installer car tout est prévu dans WordPress.

  • Allez dans votre menu Réglages -> Lecture et encodez le nombre d’articles à afficher sur la syndication. Ensuite, cochez l’option voulue pour n’afficher qu’un extrait dans le flux.
  • Allez ensuite dans le panneau d’administration de votre thème Apparence > Thèmes > Settings > Social-Media et renseignez l’URL de votre flux : www.monsite.fr/feed/

Attention cependant que certains thèmes WordPress n’intègrent pas cette fonctionnalité.

3. Utilisez les meta tags sur toutes les pages indexées

Est-il besoin d’insister sur l’utilité de remplir la balise <title> et la meta description ?

Ce qui me semble important dans ce point de notre infographie, c’est la précision « toutes les pages indexées ». En effet, certaines pages de votre blog pourraient être absentes des moteurs de recherche sans dommage, au profit d’autres pages plus judicieuses. C’est le cas, par exemple, de vos mentions légales. De même, la page du tag « vidéo » mérite-t-elle d’être indexée en tant que telle ? Laissez les moteurs se concentrer sur le principal en ajoutant un « noindex » sur les pages inutiles à votre référencement.

4. Activez le pingback pour générer des backlinks

Les backlinks peuvent être déterminants pour un bon positionnement. Il est possible d’automatiser certains d’entres eux via les Pingbacks, Trackbacks et Tweetbacks. Plutôt qu’une longue littérature, je vous suggère la lecture d’un article paru sur blogoergasum.

Néanmoins, agissez avec prudence ! Avec la mise en place des filtres du zoo de Google (Penguin), des backlinks nombreux, incohérents et/ou de piètre qualité peuvent vous valoir le déclassement de votre site. Si vous n’avez que de faibles connaissances en référencement, je vous déconseille de jouer avec ces fonctionnalités.

5. Utilisez la pagination de manière « SEO friendly »

Les pages de catégories ou d’archives peuvent rapidement être longues, au détriment de deux principes d’un bon référencement : l’optimisation de la vitesse de chargement des pages et le nombre de liens internes sur une même page.

Aussi, Worpress permet de découper ces pages avec un principe de pagination. Afin d’éviter une indexation inutile de dizaines de pages d’une même catégorie, on utilisera les balises Link rel= »next » et rel= »prev ». L’idée est de faire comprendre à Google qu’il crawle des pages paginées ; à partir de là, il sait ce qu’il doit en faire.

Si vous utilisez le plugin WordPress SEO, ces balises s’ajouteront automatiquement. Dans le cas contraire, vous pouvez utiliser le plugin Pagination Rel Links ou encore coder cela vous-même, en vous inspirant de cette réponse donnée dans le forum de WordPress.

6. Réduisez le temps de chargement des pages

On le sait, la vitesse de votre site favorise le crawl de Google et donc votre référencement. Optimisez votre code, le poids de vos images, traquez les octets superflus. L’installation du plugin WP Super Cache réduira le temps de chargement des pages au profit de Google… et de vos visiteurs !

7. Utilisez des liens contextuels

Le maillage interne est essentiel pour le référencement. C’est aussi une bonne astuce pour garder votre visiteur plus longtemps sur votre site en lui proposant d’autres lectures sur le même thème. Trois principes sont essentiellement utilisés.

1. Les liens manuels
Ben oui… c’est tellement évident que j’ai failli oublier d’en parler. Il n’est pourtant pas inutile de le rappeler tellement le « tout à l’automatisation » devient parfois prépondérant. Or aucun plugin ne pourra remplacer votre intelligence humaine. Qui mieux que vous peut déterminer quels sont les liens précis utiles à vos lecteurs dans un contexte donné ?

2. Les liens automatiques sur des expressions
Cela consiste à automatiser l’insertion de liens, au sein de vos textes, vers d’autres articles lorsque vous encodez un mot ou une expression donnée.

Personnellement, je n’aime pas cette solution (mes excuses à mon hôte !). 1/ Elle me donne l’impression de ne pas avoir la maîtrise complète de mon contenu. 2/ Elle m’oblige à modifier les termes choisis dans ma rédaction si je veux éviter un lien automatique inopportun. 3/ Cela multiplie inutilement les liens de ma page, en venant s’ajouter à ceux que je décide bien consciemment d’insérer de façon manuelle.

Libre à vous bien sûr de penser autrement. Un petit plugin qui fait le job : SEO Auto Linker.

3. Les articles connexes
Voilà une solution qui remplace avantageusement la précédente. Elle consiste à insérer automatiquement des liens au bas des articles vers d’autres pages sur le même thème. Le plugin WordPress Related Posts est là pour ça.

8. Générez votre Sitemap

1. Plan du site en HTML
Celui-ci est principalement destiné à vos visiteurs. Si votre site contient un nombre de pages important, un tel plan de site les aidera à s’y retrouver. Un plugin pour le générer automatiquement : WP Sitemap Page.

2. Plan du site en XML
Ce Sitemap est destiné au moteurs de recherche. Même si ceux-ci n’en ont pas besoin pour trouver et indexer vos nouvelles pages (le robot crawle votre site en suivant les liens), un sitemap.xml va l’aider à les découvrir plus rapidement. Des plugins existent pour générer ce plan automatiquement. La fonction est notamment incluse dans WordPress SEO (encore lui !). Autres plugins dédiés : Google XML Sitemaps ou encore XML Sitemap Generator.

Une fois ce sitemap généré, n’oubliez pas de le déclarer dans votre fichier robots.txt ou via Google/Bing Webmaster Tools.

N’oubliez pas l’aspect social

wordpress SEO référencement moteur de recherche CMS  reseaux sociaux 250px photoL’infographie de Techmagnate insiste trop peu à mon goût sur l’aspect social des blogs. Pourtant, celui-ci peut fortement influencer leur succès, tant en termes d’engagement des visiteurs qu’en termes de référencement.

1. Incitez aux commentaires

Je n’ouvrirai pas ici le sempiternel débat de savoir s’il faut mettre les liens des commentaires en nofollow ou en dofollow : ce n’est pas le sujet de cet article et de nombreux blogs ont abordé ce sujet en long et en large.

Ce qui est sûr, c’est que les commentaires font vivre votre blog : ils sont sources de mots-clés, réactualisent vos pages aux yeux des moteurs de recherche, suscitent l’engagement et le partage sur les réseaux sociaux.

Ne croyez pas que c’est magique : ce n’est pas parce que votre blog inclut une zone de commentaires que tout va se faire tout seul. Rendez cette zone agréable, facilement visible, incitez à commenter, construisez votre réseau de lecteurs/commentateurs fidèles, posez des questions, discutez avec vos visiteurs, bref soyez social. Le reste viendra progressivement.

2. Incluez des icones de partage

En lien direct avec ce qui précède, le partage de vos articles sur les réseaux sociaux est source de trafic et favorise l’engagement. En outre, ce sont des signaux importants pour les moteurs de recherche.

De nombreux thèmes WordPress comportent un widget social. Si tel n’est pas le cas, des plugins vous permettent d’ajouter facilement ces icones de partage. Citons notamment Easy Social Icons et Social Media Widget, mais il y en a bien d’autres.

3. N’hésitez pas à faire des liens sortants

L’objectif ici n’est pas de planter des liens tous azimuts vers tout et n’importe quoi. Par contre, si un autre blog a publié un article qui complète et enrichit le vôtre, inutile de réinventer la roue (et encore moins de plagier !) : faites donc un lien. Cela comporte plusieurs avantages :

  1. Aux yeux des moteurs, vous liez un article de la même thématique et c’est tout bon.
  2. Vos visiteurs apprécieront que vous n’ayez pas peur de les envoyer ailleurs si vous pensez que ça peut leur apporter une réelle plus-value.
  3. Et enfin, ce ne peut qu’être propice à votre linkbaiting (backlinks non suscités) : le propriétaire d’un blog vers lequel vous avez fait un lien sera plus enclin à partager votre article sur ses réseaux sociaux voire à vous rendre la pareille. Il ne le fait pas ? Rien ne l’y oblige… ce sera peut-être pour la prochaine fois.

En conclusion

Ce dossier met quelque peu à mal une idée reçue, qui veut que WordPress soit d’emblée « SEO-friendly ». Ce n’est pas tout à fait exact et le nombre de plugins destinés à améliorer cet aspect des choses en témoigne. Néanmoins, cela dépendra du thème que vous utiliserez : certains sont nativement mieux optimisés que d’autres.

Le choix de plugins présentés dans ce dossier est forcément arbitraire ou empreint de subjectivité. Des plugins, il en existe des dizaines ! A chacun de faire son shopping et de choisir ce qui lui convient le mieux.

Comme je l’ai déjà souligné plus haut (mais ça vaut la peine d’insister), gardez à l’esprit que tous ces plugins alourdissent techniquement votre site ou blog, au détriment des performances d’affichage de vos pages. N’en abusez donc pas, testez, faites des choix judicieux.

wordpress SEO référencement moteur de recherche CMS  categories tri cartes 350px photoN’oubliez surtout pas que votre site ou blog est avant tout une source d’informations pour vos lecteurs. Votre contenu doit être riche et correctement structuré. La qualité de votre référencement en dépendra elle aussi.

Ainsi, avant de vous prendre la tête avec tous ces aspects techniques SEO, prenez une feuille de papier, listez une série de sujets que vous aimeriez aborder à court ou moyen terme, et classez-les. Vous dégagerez ainsi progressivement une logique verticale (catégories) et une logique transversale (tags) claires, dans l’intérêt du lecteur mais aussi des moteurs de recherche.

 

 

#Dossier #WordPress : la #checklist ultime pour avoir un #référencement en béton, 5.0 out of 5 based on 1 rating
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)


..................Découvrez quelques articles sur le même thème :..................

........................Articles les plus populaires de la semaine.......................

...................Mots clés recherchés...................
  • wordpress referencement alt logo,

  • Pingback: PressMyWeb (@e_c3m)()

  • Pingback: @VPorral()

  • Pingback: Référencement d'un blog Wordpress...()

  • Pingback: Le Dossier WordPress pour avoir un #réf&...()

  • Pingback: Ma petite veille (@veilleduseo)()

  • Pingback: @jessicakorngold()

  • Pingback: Checklist SEO pour optimiser le réf&eacu...()

  • Pingback: @Romain_Petit()

  • Pingback: @MagikAlex_()

  • Pingback: #Dossier #WordPress : la #checklist ultime pour...()

  • Pingback: @TaVeille()

  • tabukulele

    Beaucoup d’informations, mais je vais prendre le temps de bien tout lire, car j’ai vue quelques idées qui pourront m’aider dans mon référencement

    • Carine

      Bonjour tabukulele,
      Merci d’apprécier ce dossier. Effectivement, il rassemble beaucoup d’informations, la volonté étant de faire un tour d’horizon relativement complet des points d’attention à prendre en compte pour un référencement sous WordPress. Rien n’empêche de le « digérer » petit à petit. ;-)

  • Pingback: @VoituredacoT()

  • Pingback: David Grand (@itsDavidGrand)()

  • Pingback: PressMyWeb (@e_c3m)()

  • Pingback: Veille Seo Web & Co. (@TaVeille)()

  • Pingback: La checklist d'un bon référenceme...()

  • Pingback: @AndreiaDFA()

  • Pingback: Réseaux sociaux... web et physique! | Pearltrees()

  • Pingback: Référencement d'un blog Wordpress...()

  • Pingback: Carine (@ecp_be)()

  • Pingback: Veille Seo Web & Co. (@TaVeille)()

  • Pingback: Damien Čapek (@drogbadvc)()

  • Pingback: @ValBdeMytte()

  • Pingback: @lethenet()

  • Pingback: @maintenancewp()

  • Pingback: @fbtech()

  • Pingback: @Pierre_Auberger()

  • Pingback: @CyrilDegrilart()

  • Pingback: s3m (@wifesgeek)()

  • Pingback: PressMyWeb (@e_c3m)()

  • Pingback: Le référencement d'un blog Wordpr...()

  • Pingback: Nicolas Hachet (@nicolashachet)()

  • Pingback: @SureauBenjamin()

  • Pingback: PressMyWeb (@e_c3m)()

  • Pingback: Laurence CIORA (@LaurenceCiora)()

  • http://www.jeromeweb.net/ Jeromeweb

    « En les corrigeant par la suite, vous risquez d’être pénalisé pour “Duplicate Content”. »

    Si tu changes le format de tes URLs, je crois que WordPress gere les 301 directement de manière native (contrairement au fait de changer l’intitulé d’une URL)

  • http://www.jeromeweb.net/ Jeromeweb

    Concernant les catégories et les tags, il est plutôt conseillé de n’indexer que les pages d’accueil de chaque
    Concernant les pages author et date, ça te genere du duplicate a mort, en plus de celui déjà generé par les categories et tags, pour répondre à ta questions.

    L’authorship n’améliore pas le positionnement (éventuellement le taux de clic dans certains domaines) et l’affichage de l’image va être réduite à certains sites de toute façon

    Les trackbaks, ça te génère des liens A>B B>A, donc pas trop d’interet en SEO, comme le fichier sitemap

    • Carine

      Bonjour Jérôme,

      Merci de tes nombreuses remarques qui montrent que tu as lu l’article avec attention et, semble-t-il avec intérêt. C’est toujours enrichissant d’échanger des opinions, ça nous permet à tous d’avancer.

      Pour les redirections 301

      Mea culpa : après vérification, tu as parfaitement raison ! J’avoue humblement que c’est devenu un tel réflexe pour moi de penser à l’URL-rewriting dès la conception d’un site ou d’un blog que je n’ai pas revérifié avant de publier cet article : je ne sais pas depuis quand les redirections sont automatiques.

      Quoi qu’il en soit, je pense que cela reste une bonne idée de penser à ses URL dès le départ. Ça les rend plus « user-friendly » et ça met parfois en exergue des défauts de conception de hiérarchie que l’on peut corriger avant mise en ligne. Mais si on n’y pense pas, le fait de ne plus devoir se taper les 301 par la suite est une excellente nouvelle !

      Pour l’indexation des catégories et tags

      Tout à fait d’accord avec toi sur le fait de n’indexer que les pages d’accueil de chaque. C’est d’ailleurs censé être résolu par un bon codage de la pagination, dont je parle plus bas. La difficulté d’écrire un tel dossier, c’est qu’en SEO « tout est dans tout », tout interagit, et il est impossible de donner tous les détails dans chaque partie sinon ce n’est plus un dossier mais un roman-fleuve. ;-) Le lecteur a donc encore un petit effort intellectuel à faire pour imaginer les liens entre les infos qui sont données.

      A cet égard, le lecteur qui veut aller plus loin peut utilement se procurer le livre « Optimiser son référencement WordPress » de Daniel Roch, qui vient tout juste de sortir chez Eyrolles. Il est tout récent, je ne l’ai pas encore lu, mais Daniel Roch est un expert reconnu dans le domaine et on peut très certainement recommander son bouquin les yeux fermés !

      Pour le duplicate content

      Il est clair que WordPress est une véritable machine à fabriquer du DC. C’est – entre autres – pour cela que je ne l’ai jamais considéré comme « SEO-friendly » dans sa version de base. Il y a toujours un travail correctif à fournir pour éviter le DC et autres entorses aux bonnes règles SEO. La bonne nouvelle dans l’histoire, c’est que ça assure du boulot aux professionnels. :-)

      Pour l’authorship

      Nous sommes d’accord là-dessus. L’authorship n’améliore pas le positionnement (encore que comme tu dis, on pourrait discuter longuement du fait que la petite vignette améliore le ratio vues/clics dans les SERPs, ce qui constitue un signal positif pour Google, mais c’est un autre débat). C’est vrai aussi que Google a annoncé il y a 2 jours la diminution de l’affichage de l’image (estimée à 15% d’après ce que j’ai lu); mais ce n’était pas encore annoncé lors de l’écriture de l’article. Tout évolue tellement vite !

      Mais je parlais plutôt de l’authorank. Même si la réalité de ce paramètre n’est pas encore avérée – Google lui-même s’en défend, dans un discours néanmoins peu clair (comme toujours) – et fait largement débat dans la communauté des référenceurs, j’ai personnellement tendance à y croire. Et l’article d’Arobasenet que je mets en référence est assez convaincant je trouve. Quoi qu’il en soit, ça ne mange pas de pain d’y penser pour « le jour où… »

      Pour les {ping|track}backs

      Il est vrai que ce sont des outils délicats. Disons que l’infographie de Techmagnate en parlait et je n’ai donc pas voulu faire l’impasse dessus dans le développement. Mais aborder le vaste sujet du « bon netlinking à l’heure de Penguin » ici était impossible : trop long et dépassant largement le cadre de l’article. On ne peut que conseiller au lecteur peu averti de faire quelques recherches : le web déborde de littérature à ce sujet.

      Néanmoins, ce paragraphe m’a valu un échange de mails avec un référenceur, qui me faisait grosso modo la même remarque que toi. Nous sommes tous d’accord sur les dangers d’utiliser ces fonctionnalités sans bien maîtriser le SEO et avoir conscience de ce que l’on fait. Aussi, j’ai demandé à PressMyWeb d’ajouter un petit paragraphe de mise en garde. Cette demande a « croisé » ta remarque et c’est maintenant fait.

      Encore merci à toi pour tes réactions constructives. Bonne journée.

      • http://www.jeromeweb.net/ Jeromeweb

        Bel article, en me relisant j’ai vu que j’ai fais pas mal de critiques sans le dire.
        C’est une bonne base de travail

        • Carine

          Merci Jérôme ! Et ne t’inquiète pas : vu l’intérêt témoigné pour l’article, j’ai supposé que ce n’était pas du masochisme ;-) et que tu l’avais donc trouvé, globalement, relativement bon.

          Quant à tes critiques (je dirais remarques), elle étaient justifiées, constructives et ont le mérite d’ouvrir le débat et d’apporter des précisions. Le référencement n’est de toute façon pas une science exacte…

  • Pingback: @SGiacopini()

  • Pingback: @Elisa_Koch()

  • Pingback: Vincent Penalba (@VincentPenalba)()

  • Pingback: La revue de presse e-commerce Paysite-cash #44()

  • Pingback: #Dossier #WordPress : la #checklist ultime pour...()

  • Pingback: #WordPress : la #checklist ultime pour avoir un...()

  • Pingback: #Dossier #WordPress : la #checklist ultime pour...()

  • Pingback: Référencement | Pearltrees()

  • Pingback: WordPress : la checklist ultime pour avoir un #...()

  • Pingback: CM | Pearltrees()

  • Pingback: CMS | Pearltrees()


Web Statistics