[Salon VAD de Lille] L’interview de Textbroker, place de marché pour la rédaction de contenus

Dans le cadre du salon de la VAD de Lille (du 23 au 25 Octobre 2012), nous avons recueilli les propos d’Olivia Drachn, Business Development Manager de Textbroker place de marché pour la rédaction de contenus, qui réalise des textes uniques et sur mesure. En somme, un domaine qui devient stratégique tant les nouvelles conditions de référencement de maître Google évolue dans ce sens.

Bonjou Olivia Drach, pouvez-vous présenter en quelques lignes ?

Bonjour PressMyWeb, tout d’abord, je tiens à vous remercier pour permettre à Textbroker de s’exprimer.

Je viens juste de commencer chez Textbroker en tant que Business Development Manager pour la France. D’origine française, ayant plus de 20 ans d’expériences passées à l’étranger avec une préparation MBA à l’Open University Business School (UK), mon parcours me permet aujourd’hui, à travers diverses fonctions en marketing et dans le E-commerce, de commencer une nouvelle aventure passionnante.

– Comment résumerez-vous Textbroker en une phrase ?

Une solution pour la gestion de contenu rédactionnel en ligne grâce à une communauté d’auteurs freelance.

– Comment est-venu l’idée du lancement de Textbroker ?

L’idée est venue très simplement. En tant qu’étudiant, financer ses études est toujours un enjeu majeur, n’est-ce pas? Passionné par Internet et par le référencement, Jan Becker-Fochler – fondateur de Textbroker – remarque très tôt la difficulté liée à la rédaction de ses propres textes. Pour parvenir à finaliser ses projets, il fait alors appel à ses connaissances et à des amis moyennant une rémunération pour les textes rédigés. Très rapidement, l’intérêt et la demande sont tels au sein de la communauté d’étudiants et de ses clients qu’il réussit à réunir plusieurs milliers d’auteurs pour travailler à son compte et créer sa propre société à Mayence en 2005 avec un modèle innovateur. Et ainsi fût Textbroker !

Pour développer plus concrètement cette place de marché sous forme de plateforme électronique, Jan Becker-Fochler décide de partir aux Etats-Unis en 2008 où il fonde ses premiers bureaux à Las Vegas et New-York. Il rencontre ainsi Phillip Thune, un partenaire de confiance, actuellement CEO de Textbroker.com. Le modèle a tellement de succès qu’il décide de revenir en Allemagne pour instaurer le siège de la filiale européenne à Mayence. Depuis, la plateforme Textbroker est disponible dans d’autres pays (DE, US, GB, FR, ES, NL) et bientôt en Italie et au Brésil, fin 2012.

– Quel est le business model de Textbroker ?

Le principe de départ est un modèle économique classique : une place de marché où l’offre et la demande se rencontrent. Rédacteurs comme clients peuvent trouver la solution en ligne répondant à leurs besoins pour produire des articles de qualité sur mesure.
Le marché se régule automatiquement à travers une plateforme en ligne suivant le type de demandes, la qualité rédactionnelle, les exigences en référencement et les tarifs appliqués ou demandés. Cette plateforme est également un outil essentiel pour améliorer le workflow de production de contenus rédactionnels et répondre plus rapidement, efficacement aux besoins de chacun selon tout budget.

Textbroker – c’est créer avant tout des textes authentiques, diversifiés et de qualité avec aussi des options SEO intégrées dans son interface. Textbroker prend en compte avec ses rédacteurs freelance non seulement les exigences des référenceurs mais aussi des webmarketeurs, des créateurs de site, des professionnels de vente à distance. Une solution de production d’articles plus rapide, plus efficace, plus économique.

– Par quels moyens vous faites-vous connaitre ? Et qu’attendez-vous du salon du VAD ?

Depuis l’arrivé de la plateforme Textbroker.fr en mars 2011 le bouche à oreille s’est fait automatiquement sur le net. Nous en avons pris connaissance et il était nécessaire d’être physiquement présent en France pour rencontrer les acteurs du Web et les communautés spécifiques au Web français. C’est la raison pour laquelle nous voulons grâce au salon du VAD lancer plus officiellement Textbroker.fr pour mieux nous faire connaître, engager des échanges, des discussions et être représenté parmi les prestataires-clés du VAD. Le dialogue plus personnel avec les acteurs du web et du e-commerce est essentiel pour comprendre au mieux la valeur réelle et le fonctionnement de Textbroker.

– Avez-vous quelques chiffres à nous donner sur Textbroker et la rédaction de contenu ?

L’effectif global ne cesse d’augmenter chaque mois: à peu près 100 personnes à Mayence, Las Vegas et New-York.
Plus de 220.000 auteurs enregistrés sur nos plateformes.
Plus de 100.000 commandes de textes finalisés par mois.

– Quels sont vos principaux concurrents et en quoi vous différenciez-vous ?

Nous avons des concurrents directs et indirects en France proposant un service à 360° pour la création rédactionnelle web sans l’aide d’une interface électronique et d’autres qui se reposent sur le modèle de Textbroker.

Notre distinction :

  • la 1ère place de marché rédactionnelle en ligne, initiée en Allemagne avec une expérience de 7 ans et ouverture à l’international.
  • le contrôle humain derrière la plateforme : essentiel et indispensable pour assurer la bonne gestion et fonctionnement de Textbroker.
  • le contrôle de A-Z du seuil de qualité rédactionnel des auteurs : dès l’inscription des auteurs, pendant et après la finalisation des textes selon le seuil de qualité demandé.
  • la réévaluation mensuelle de la base des rédacteurs dans 7 langues : chaque texte accepté par les utilisateurs est réévalué pour déterminer le seuil de qualité des auteurs enregistrés sur notre base.
  • une équipe toujours à l’écoute des clients et des auteurs pour définir des projets sur mesure et intervenir en cas de médiation.
  • flexibilité budgétaire et commande de textes sur mesure à travers trois méthodes : OpenOrder selon un tarif fixe, DirectOrder selon le tarif de l’auteur et TeamOrder selon le tarif du client.
  • une utilisation plus personnalisée en gestion assistée ou complète. A découvrir au salon.

Le marché du contenu rédactionnel propose ainsi diverses solutions pour la création de contenu Web. Seul le client devra choisir la méthode la plus adéquate selon ses propres ressources internes et ses objectifs.

– Quels sont vos objectifs pour 2013 ? (assez large, financier, de communication et marketing, en terme de clientèle, de rédacteur..ect)

Nos objectifs principaux :

  • Construire une image valorisante et augmenter notre notoriété en France mais également à l’international.
  • Revaloriser nos services et la communication interne au sein de notre communauté d’utilisateurs et de rédacteurs.
  • Améliorer nos échanges et relations avec eux.
  • Elargir nos activités et guider nos clients plus personnellement.

– Quelle place donnez-vous au contenu dans le web de demain ?
L’avenir du contenu ? C’est peut-être déjà maintenant… on parle aujourd’hui de contenu marketing et nous confirmons la tendance selon laquelle des textes plus qualifiés et spécialisés sont sollicités. Le contenu de demain : c’est soumettre des contenus utiles pour engager au mieux les internautes, augmenter la notoriété de sa marque, la visibilité et le trafic de son site!
Un vrai challenge pour tous les acteurs du Web en raison de deux facteurs :

  1. L’amélioration et perfection continue des algorithmes des moteurs de recherche.
  2. Le pouvoir des consommateurs ou internautes sur le net et dans les réseaux sociaux.

Pour Textbroker, la place de marché confirme définitivement une orientation vers le contenu marketing. C’est demander aux auteurs de produire des articles optimisés SEO mais aussi des articles plus emotionels, personnels et authentiques intégrés dans des blogs, des descriptions de produits, des FaQ… Il suffit simplement de passer en seuil de
qualité supérieur en DirectOrder ou de demander une gestion complète de projet – nouvelles prestations qui seront présentées au salon VAD, permettant ainsi un meilleur contrôle des articles rédigés selon les exigences des clients.

Le contenu de demain sur le web offre ainsi d’autres dimensions – seul le consommateur, l’internaute feront leur choix !

– Un petit mot pour la fin ? 😉

Tant de choses à dire… mais les mots sont comme les abeilles : ils ont le miel et l’aiguillon. Proverbe suisse

Merci beaucoup Olivia, et bon salon !

[Salon VAD de Lille] L’interview de Textbroker, place de marché pour la rédaction de contenus
Rate this post

Pin It
 

ABONNEZ-VOUS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *