Feed back de la conférence sur “Les tendances #digitales, changement sociétal”
Au sommaire :
  1. Le digital est au coeur de la compétitivité
  2. Le vrai changement est dans le langage
  3. Les magasins physiques doivent être un lieu d'enchantement

Mardi 24 septembre, alors que le salon de le-commerce ouvrait ses portes, le MEDEF Ile-de-France organisait pour la troisième année consécutive en partenariat avec Tequilarapido, agence conseil en communication digitale, sa conférence de rentrée sur le thème « Les tendances digitales, changement sociétal : une expérience globale ».

Cette conférence, animée par Richard Menneveux, fondateur et CEO du magazine Frenchweb, site pour les professionnels de l’Internet, faisait agir 4 intervenants : Toufik LERARI CEO de Tequilarapido, Christophe BENAVENT professeur à l’université de Paris Ouest, Nicolas DJACONO chef de projet marketing mobile et réseaux sociaux à l’Echangeur et Daniel BÔ fondateur de l’institut d’études QualiQuanti. Pendant 2 heures, ils ont débattu sur les problématiques du digital propre au milieu corporate et sur la vie de tous les jours. Un peu plus tard dans la soirée, David LISNARD, premier adjoint au maire de Cannes, les a rejoint pour parler des évolutions côté institution depuis l’arrivée d’Internet.

  • Le digital est au coeur de la compétitivité

Après une présentation des intervenants, Richard Menneveux a rappelé les grands thèmes de la soirée.
Puis, C. BENAVENT a lancé le débat en déclarant « le digital est au cœur de la compétitivité future de notre pays car il est une façon de plus de faire et donc une nouvelle façon de créer du business ».

Médias sociaux

Médias sociaux

En effet, les messages publicitaires aujourd’hui relayés sur le digital voient leur visibilité se multiplier. Autrefois diffusés sur des médias de masse comme la TV, la radio ou la presse, ils sont désormais retransmis sur les réseaux sociaux en temps réel. Ce changement sociétal a conduit le consommateur à plus d’exigence. Pour lui l’expérience utilisateur doit rester la même peu importe le support employé. A tout moment, il veut pouvoir accéder à la même offre et au même niveau de service sur le terminal de son choix.

 

  • Le vrai changement est dans le langage

Le vrai changement est dans le langage et le langage évolu. La frontière entre le privé et le public devient « floue » et l’intimité peu préservée. On le constate avec les élus locaux, les célébrités, les sportifs, etc. Pour David LISNARD, « on est dans l’ère de l’e-démocratie » et d’ajouter « les réseaux sociaux permettent de se démarquer voire de se faire remarquer ». Car le politique doit être efficient, il doit créer du lien avec ses concitoyens.

L’entreprise, de part l’explosion du digital, est également devenue un média. Par conséquent, elle  doit être dans la transparence, dans l’authenticité car ce nouveau modèle lui offre l’opportunité de porter ses idées, de susciter l’attention et de gagner la confiance de ses consommateurs. C’est grâce à cette décentration et cette ouverture vers le consommateur que les entreprises deviendront conversationnelles et influentes.

 

  • Les magasins physiques doivent être un lieu d’enchantement

Boutique M&M's

Boutique M&M’s

Pour autant, l’ère de la digitalisation offre de nouvelles perspectives aux entreprises. Pour le président de QualiQuanti, « les magasins physiques doivent être un lieu d’enchantement », une nouvelle expérience utilisateur comme a su très bien le faire M&M’s à Londres avec sa boutique sur 4 étages remplie de produits dérivés M&M’s. Pour peu on se croirait dans un parc d’attraction.

Les entreprises doivent apprendre à parler d’elles en utilisant de façon créative tous les canaux de communication en adéquation avec la marque. Pour cela, elles  doivent bien comprendre ses clients, s’organiser autour de ses besoins afin de rendre l’acte d’achat une expérience unique. Car on le voit, la réponse à un besoin conduit parfois le consommateur à s’emparer du produit, à en faire sa marque. Le site blablacar.com en est un bel exemple. Initialement envisagé comme une solution d’optimisation simple pour diminuer la pollution atmosphérique tout en favorisant les relations humaines et les économies de transport, blablacar.com est aujourd’hui leader sur son marché. Le partage de trajets courts ou longs à moindre coût ont fait le succès de ce service qui enregistre plus de 3 millions de co-voitureurs. Pour le professeur C. BONAVENT, « les usagers ont créé la marque blablacar car ils ont construit leur confort, leur sécurité. Internet leur a donné la possibilité d’agir en expert ».

En conclusion, le digital permet de gagner en productivité, d’élargir ses relations et donc d’ajouter un édifice social. La surabondance parfois observée voire critiquée, va selon Toufik LERARI, se réguler au fil des années à condition de savoir structurer ses données. La conférence s’est terminée sur un début de débat quant à l’avenir de l’open data. Puis Richard Menneveux nous a remercié et nous a invité à continuer le débat avec les intervenants autour d’un cocktail. Merci !


Pin It
 

ABONNEZ-VOUS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *