#Makers : l’imprimerie nous fait lecteur, internet nous fait créateur
Au sommaire :
  1. L'avenir est dans une vision globale et un modèle hybride
  2. L'avis du producteur Ted Hope

Les technologies de linformation et de la communication ont révolutionné notre rapport à la connaissance et à la création. Ces technologies, en particulier Internet, offrent des possibilités inédites d’expression, d’échange, d’innovation. La facilité d’accès à l’information, sa disponibilité en temps réel, forums, blogs et autres réseaux sociaux a profondément modifié notre rapport au savoir, à la culture…

A dire vrai, ce qui a changé la donne n’est pas tant l’apparition de services et produits nouveaux (le 20e siècle a été aussi riche en innovations) mais l’ampleur de leur succès et leur vitesse de propagation.

L’ampleur des pratiques de partage et de création directe des œuvres en ligne montre que le public a déjà évolué vers une nouvelle forme de relation aux contenus et à la culture. Pour ce public multi connecté, si la possession devient moins importante, la personnalisation, le sur-mesure, jouent, eux, un rôle de plus en plus grand dans des expériences médias qui remplacent la simple consommation de contenus.

Makers

Makers

L’information et les médias sont (sur)abondants, le contenu brut de l’information est devenu gratuite et peut difficilement être monétisé.  Il est vrai qu’autant internet fait partie de notre quotidien et nous fait vivre en immersion dans les médias et l’échange d’information, autant sur fond de surabondance de contenus disponible, il est pour les industries culturelles, une machine à détruire de la valeur et des modèles économiques.

La règle de la « nouvelle économie » est simple : un bien, un service numérisable devient transportable et duplicable à l’infini et sa valeur économique tend inexorablement vers zéro. Le moteur de la filière du cinéma, initialement basé sur une chronologie des médias spécifique (l’ordre traditionnel de sortie en premier lieu en salle, puis ensuite 3 à 4 mois après en vidéo / DVD, 2/3 mois plus tard en VOD et seulement 12 mois après à la télévision), qui permet d’amortir les recettes d’un film sur ses différents supports a été totalement chamboulé par le téléchargement répondant à l’appétit du tout tout de suite.

L’avenir est dans une vision globale et un modèle hybride

Makers

Makers imprimerie

L’avis du producteur Ted Hope

Avec Internet, les sources potentielles de financement et de monétisation sont de plus en plus nombreuses. La tendance est à l’hybridation, entre partage de revenus publicitaires, sponsoring, placement de produit, vente de droits de distribution, de droits d’adaptation, fonds privés/publics, abonnement, donation, crowdfunding, VOD ou DVD. Les studios hollywoodiens s’en sortent tant bien que mal, car ils s’appuient sur leur franchise et vendent leur film dans le monde entier.

Mais lorsque l’on est une production indépendante et que l’on souhaite innover, on ne peut plus faire la croix sur la moindre source possible de revenu. Internet est devenu un outil indispensable pour une communication à moindre coût, mais aussi pour soutenir la production et favoriser sa distribution.

L’avenir est dans l’hybride, c’est à dire dans la conjonction et la complémentarité de ces alternatives, que cela soit le crowdfunding, les rewards links, le brand content, ou l’abonnement.

Vous aussi vous pouvez financer vos projets :

Article invité par Nicolas Dehorter ; Spécialiste des nouvelles solutions de financement et de partage de la création.
Auteur du guide du crowdfunding   achat possible sur la page dédiée et disponible également sur le site de Colligence

#Makers : l’imprimerie nous fait lecteur, internet nous fait créateur
Rate this post

Pin It
 

ABONNEZ-VOUS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *