Test de l’ultrabook hybride #Toshiba #U920T

Jai eu loccasion de tester pour PressMyWeb cet étonnant appareil, qui se veut la croisée d’un ultrabook performant et d’une tablette aux dimensions généreuses, le tout fonctionnant sur Windows 8. Fermé, nous avons une bien belle tablette ; en faisant glisser puis pivoter l’écran, nous disposons d’un ordinateur portable actuel et performant.

hybride-Toshiba-U920T-tablette-pc
Curieusement, alors que le produit semblait plus qu’alléchant, il m’a assez peu séduit au point que je me limiterai à un exposé sommaire et très subjectif.  En effet, malgré sa mise à disposition pour quelques semaines, le peu d’intérêt qu’a éveillé en moi l’appareil m’a fait quelque peu négliger son évaluation complète.

Des belles caractéristiques et une bonne finition

Toshiba a mis à notre disposition le meilleur modèle de la série Satellite U920T (le 119) :

  • Processeur Intel Core™ i5-3317U,
  • Disque dur de 256 Go,
  • 8 Go de RAM,
  • Carte graphique Intel® HD Graphics 4000,
  • Wifi n et bluetooth 4.0,
  • Bel écran tactile de 12,5 pouces,
  • Window 8 Pro 64 bits pré-installé.

La finition est dans l’ensemble très satisfaisante, et le design est assez réussi. En mode tablette, les quelques centimètres supplémentaires apportés à l’écran par rapport aux standards Ipad et Android (10 pouces) se ressentent : celui-ci paraît très grand, suffisamment lumineux et le tactile répond bien.

hybride-Toshiba-U920T-tablette-pc

Découvrant l’interface Windows 8 en mode tablette, j’ai été un peu dérouté par certains fonctionnements, mais le tout conserve une certaine cohérence et est plutôt agréable à l’usage.

Le point qui m’a plus impressionné est la rapidité de démarrage de l’U920T. On appuie sur le bouton, la machine est disponible. Je n’avais jamais vu cela sur un netbook jusqu’à présent.

Quelques détails qui gênent

Si je ne saurais m’étendre d’avantage sur les point forts de l’appareil, j’énoncerai ci-après les quelques points qui m’ont un peu déçus :

  • Bien qu’au vu de ses capacités, l’U920T soit très fin et plutôt léger (1,5 Kg), je l’ai trouvé beaucoup trop encombrant (et peut être même lourd) pour une utilisation en mode tablette. Toutes les positions dans lesquelles j’ai voulu l’utiliser m’ont parues inconfortables, sauf à le poser sur mon bureau… Où il était alors plus judicieux de l’utiliser comme un PC, donc déplié.
  • Le fait que l’écran ait été conçu comme une tablette et pivote d’une manière non conventionnelle me parait pénaliser l’utilisation en mode PC portable. L’écran est ainsi un peu trop près du clavier et comme il est très brillant et assez peu orientable, on peine à trouver un angle sans reflet. Je tape actuellement mon article sur l’appareil et j’avoue être agacé de voir se refléter en permanence les mouvements malhabiles de mes doigts sur ces touches méconnues !
  • Si j’ai trouvé la finition d’ensemble réussie, quelques détails m’ont paru pêcher. Ainsi, une fois l’écran déplié, l’arrière que présente l’appareil n’est pas bien joli. De plus, le touchpad (dont la réactivité n’est pas démente) est curieusement disposé, un peu déporté sur la gauche de l’appareil. Enfin, les rares boutons que porte la tranche de l’appareil (démarrage, volume et blocage de l’écran) paraissent bien fragiles.
  • La connectique est un peu minimaliste : une sortie HDMI, deux USB… Rien de plus, rien de moins. Ah si, un lecteur de carde SD dont de n’ose ouvrir la trappe vu que je dois rendre l’appareil en parfait état…
  • L’indice de performance Windows est satisfaisant, mais franchement limité par les performances graphiques. En effet, toutes les indicateurs sont bons mais un “4,8” pour les performances graphiques du bureau font un peu passer notre core I5 + 8 Go pour un petit poucet. Ceci dit, j’ai n’ai pas été vérifié si mon PC principal présentait un meilleur visage sur l’indice en question.
  • L’écran marque toutes les traces de doigts. Après avoir utilisé la tablette quelques minutes, l’appareil ressemble au comptoir du Roi du Kebab, même si vous vous êtes lavés les mains trois fois auparavant. Maniaques s’abstenir.

Conclusion : Le meilleur des deux mondes ?

Pour PressMyWeb, enfin pour Denis le testeur exigeant, non.

L’idée d’un hybride entre tablette et ultrabook, possédant des performances conséquentes, était alléchante. Toutefois, pour moi, le pari n’est pas totalement réussi : l’U920T est une tablette encombrante et un portable améliorable.
A choisir, pour le même prix (entre 1000 et 1500 euros), ou sans doute pour moins cher, je prendrais une tablette classique (Android ou Apple) et une machine sous Windows plus conventionnelle et complète.

Cet hybride reste malgré tout une très belle machine que je vous invite à tester, car vous ne rejoindrez peut-être pas mes conclusions.

Test de l’ultrabook hybride #Toshiba #U920T
Rate this post

Pin It
 

ABONNEZ-VOUS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *