Didier Deschamps potentiel meilleur manager d’équipe de l’année ?
Au sommaire :
  1. Communiquer comme un expert
  2. Privilégier la motivation et la cohésion au sein de l’équipe
  3. Soigner les relations humaines
  4. Anticiper et s’adapter
  5. Gérer les crises sans céder à la pression
  6. Déléguer

A lheure où la coupe du monde de football rentre dans sa phase décisive, et quel que soit le résultat final demain, force est de constater que plus que les performances des formations du dernier carré, c’est l’esprit d’équipe qui devrait s’imposer comme le principal facteur menant à la victoire le 15 juillet. Une occasion supplémentaire de souligner que les entraîneurs, gages de ce fameux esprit d’équipe, même s’ils n’ont pas l’aura des grands joueurs, ont plus que jamais une importance primordiale pour décider du succès ou de l’échec de leur équipe sur le terrain.

coupe du monde 2018 championDidier Deschamps ne fait assurément pas exception à la règle. Son rôle s’est en effet révélé essentiel pour transformer une poignée de joueurs venus de tous les horizons et n’ayant que rarement l’occasion d’évoluer ensemble en une équipe soudée et qui gagne !

Bouc émissaire facile en cas de mauvais résultats, sa tâche n’a jamais été facile et elle l’est encore moins depuis le début de la compétition en Russie, car en dehors de l’aspect stratégique et tactique du jeu, qui constitue son principal domaine de compétence, il a dû gérer quasiment en temps réel un grand nombre d’imprévus et de situations complexes, tout en composant avec des individus au tempérament souvent explosif.

En matière de gestion d’équipe, rien d’étonnant donc que les managers en entreprise aient beaucoup à apprendre des entraineurs les plus méritants, Didier Deschamps en tête.

Ces derniers en sont bien conscients. Sondés il y a quelques jours à l’initiative de Wrike sur les principales compétences de management démontrées par un entraineur de football, les managers français placent en premier, quasiment à égalité, la gestion d’équipe et la capacité d’adaptation aux changements, suivies de près par l’empathie et la capacité d’analyse. Interrogés dans les mêmes conditions, les managers allemands placent eux en premier la gestion d’équipe et l’empathie. Les managers britanniques et espagnols placent eux la gestion d’équipe loin devant les trois autres qualités mentionnées.

En fait, Didier Deschamps, comme d’autres entraineurs de grandes équipes de football, ont six enseignements principaux à donner aux entreprises, qui font d’eux des champions du management d’équipe.

Communiquer comme un expert

Un bon coach doit avant tout être un excellent communiquant. En direction des médias, cela n’empêche pas Didier Deschamps par exemple de pratiquer à l’occasion la langue de bois, pour protéger ses décisions et son équipe. Mais dans l’autre sens, il met un point d’honneur à expliquer, à écouter ses joueurs, à dialoguer avec eux et à les informer en détail et sans délai de toutes ses décisions. Cela ne l’interdit pas d’utiliser l’humour pour faire passer certains messages lorsqu’il s’agit de gérer l’égo de certains joueurs. Une leçon qui peut être immédiatement exploitée par tout manager via de bons outils de communication en équipe.

Privilégier la motivation et la cohésion au sein de l’équipe

Le football est avant tout un jeu d’équipe, et la cohésion du groupe est donc essentielle afin que tous avancent dans le même sens. De ce point de vue, Didier Deschamps est exemplaire. Plutôt que de cultiver des talents individuels, il privilégie toujours le collectif et la motivation d’équipe. Ceci passe par le développement de relations de confiance et de valeurs de solidarité et d’entraide au sein du groupe. Avec lui, les joueurs se sentent bien ensemble et éprouvent du plaisir à partager les mêmes objectifs dans un collectif soudé. Cet impératif peut le conduire, comme l’ont montré plusieurs exemples récents, à écarter de sa sélection certains joueurs très talentueux mais jugés trop individualistes et électrons libres, et pouvant donc nuire à la cohésion du groupe. Cette leçon est souvent oubliée par certains managers, qui tendent à négliger les outils collaboratifs pour accélérer leurs projets au sein de leurs équipes.

Soigner les relations humaines

Faire confiance aux individus et veiller au bien être de chacun. Didier Deschamps, comme les meilleurs entraîneurs, s’est attaché à tisser des liens personnels avec chacun de ses joueurs, à comprendre leur passé, leurs motivations et leur mode de fonctionnement. Un aspect indispensable pour qu’ils se sentent considérés et appréciés à leur juste valeur au sein de l’équipe, et d’autant plus motivés à adhérer aux objectifs communs. Beaucoup de managers ne s’investissent pas encore suffisamment sur ce terrain, ce qui nuit à la productivité.

Anticiper et s’adapter

Un entraîneur talentueux se doit d’être à la fois visionnaire et stratège, en cultivant par ailleurs une excellente capacité de réaction face aux imprévus. Fidèle à ce mode de conduite, Didier Deschamps a construit son équipe patiemment et avec méthode, jaugeant chaque combinaison possible, en commençant le processus de longs mois avant l’actuelle coupe du monde. Mais en cas de résultats décevants ou d’imprévus, il s’est montré capable de faire évoluer sa vision des choses en modifiant radicalement sa sélection et même son schéma tactique. Cette capacité de réaction rapide aux changements est un défi majeur aujourd’hui pour les managers, et un puissant catalyseur de la transformation digitale.

Gérer les crises sans céder à la pression

C’est peu dire que les crises sont monnaie courante pour l’entraineur d’une grande équipe de football. Entre les mauvais résultats sur le terrain, les déconvenues, les blessures, les conflits, les états d’âme de certains joueurs, voire leur comportement hors du terrain, les situations critiques ne manquent pas. Dans ces circonstances, l’entraineur est toujours en première ligne et doit souvent démontrer des talents d’équilibriste. Didier Deschamps a montré ses qualités en la matière, en faisant preuve simultanément ou selon les cas d’autorité, de discernement, de diplomatie, tout en maintenant à chaque fois un principe absolu d’équité, essentiel pour maintenir la cohésion du groupe. Ceci lui a permis de préserver sa légitimité et en résistant à la pression des médias, des parties prenantes voire de l’opinion publique.

Déléguer

Certains entraîneurs ont la tentation de s’enfermer dans leur tour d’ivoire, en centralisant toutes les décisions de gestion. Didier Deschamps n’a jamais commis cette erreur, et n’hésite pas à déléguer ses pouvoirs chaque fois qu’ils en a l’occasion. Il s’appuie sur son équipe technique et ses cadres pour transmettre ses directives, suivre la réalisation des objectifs et renforcer au quotidien la motivation de l’ensemble du groupe.

Sur la base de ces six enseignements, et quelle que soit l’équipe sacrée championne le 15 juillet prochain, Didier Deschamps mériterait donc de figurer dans le dernier carré des meilleurs managers d’équipe de l’année 2018.

Espérons que ses résultats inciteront beaucoup de managers à améliorer la communication et la collaboration au sein de leurs équipes, pour une meilleure efficacité opérationnelle.


Pin It
 
ABONNEZ-VOUS
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *