[Objets connectés] Tout savoir sur nos comportements (#smartphone, #tablette, #ecommerce, web)
Au sommaire :
  1. Comparaison entre les pure players et les enseignes traditionnelles.
  2. Smartphones et tablettes
  3. Diffusion des messages de communication
  4. Comportements digitaux
  5. Recherche d’infos par le web
  6. Recherche d’infos par les tablettes
  7. Sources d'information

Lhyper-connectivité pousse les internautes français à consommer en ligne. En effet, le fait de posséder un smartphone facilite la recherche et donc, l’action de consommer.

Pour la seconde année consécutive, l’IFOP et Bonial se sont associés pour effectuer une enquête sur la consommation connectée. Cette étude effectuée sur un échantillon représentatif de 1010 personnes dresse des conclusions sur les habitudes de consommation. Saviez vous  que près de 9 Français sur 10 effectuent des achats sur Internet au moins une fois par an ? Et que presque un français sur deux fait ses achats sur internet au moins une fois par mois ? Vous apprendrez plus d’informations en lisant l’article. 😉

Comparaison entre les pure players et les enseignes traditionnelles.

Les e-consommateurs reconnaissent les Pure Players comme étant les moins chers (80%), et proposant plus de promotions que les enseignes traditionnelles (71%). Ils permettent aussi de comparer plus facilement les produits pour 76% des interrogés. Cependant, les enseignes traditionnelles restent plus faciles à contacter pour 79% des sondés. La qualité du service après-vente est aussi reconnue comme étant meilleure pour les enseignes traditionnelles pour 78% des interrogés et rassurent les consommateurs, qui se sentent en confiance (80%).

Les internautes restent quand même méfiants face aux pure players, et préfèrent à 76%, effectuer leurs achats auprès d’un magasin physique ou sur son site internet.

 

baromètre Pure players VS traditionnels

Pure players VS Magasins physiques

Smartphones et tablettes

27% des interrogés se servent de leur smartphone ou de leur tablette au moins une fois par semaine pour rechercher des informations précises sur un produit. Les consommateurs sont de plus en plus mobiles et se servent de leurs objets connectés pour se renseigner afin de voir où le produit est le moins cher (pour 29% des sondés, qui effectuent cela au moins une fois par mois). Ils pratiquent le showrooming. Cela consiste en l’observation des prix en magasins et d’éventuellement les comparer avec son mobile pour acheter les produits repérés ailleurs, sur le net par exemple. C’est une pratique de plus en plus répandue. 53% des sondés utilisent leur appareil mobile pour savoir où se situe un magasin ou pour consulter ses horaires d’ouverture et effectuent cette action au moins une fois par mois.

39% des interrogés ne donnent jamais leur avis via mobile sur les produits qu’ils ont achetés… On peut supposer qu’ils font de même au niveau des commentaires d’articles…

Le mobile sert avant tout à rechercher des informations sur un produit et à comparer les prix.

 

Consommation connectée mobiles

Les mobiles dans la consommation connectée

Diffusion des messages de communication

47% des interrogés sont plutôt intéressés de pouvoir consulter des catalogues en ligne ou papier. 42% sont satisfaits de pouvoir consulter le site internet des enseignes.

Pour 44% des interrogés, le référencement du site sur les moteurs de recherche leur est indifférent ! Il faut supposer qu’ils vont déjà sur des sites qu’ils connaissent et se moquent qu’il soit bien référencé ou pas…

La majorité des sondés sont indifférents à une application mobile des enseignes… Pourtant nous sommes de plus en plus connectés grâce aux mobiles. Avoir une application pourrait permettre aux consommateurs de pouvoir avoir accès à leur marque préférée partout où ils sont. Les consommateurs sont aussi insensibles aux flashcodes à 57%… Ces codes peuvent renvoyer vers des informations supplémentaires et peuvent pourtant offrir une réduction à l’achat.

Les interrogés sont agacés par l’envoi d’e-mails promotionnels (34%), par l’envoi de SMS ou de notifications publicitaires (48%) et par l’envoi de messages vocaux publicitaires sur le répondeur (54%). Ils sont une majorité à être agacés par l’insertion d’encarts publicitaires en plein écran, et je les comprends !

 

Diffusion messages de communication

Diffusion messages de communication

Comportements digitaux

Recherche d’infos par le web

Selon le type de produits, les consommateurs ne vont pas préparer leurs achats de la même façon. En effet, en ce qui concerne les achats électroniques, les recherches online représentent 65% des recherches totales contre 35% pour les recherches offline. On trouve beaucoup d’informations concernant les produits électroniques sur le net. Il y a beaucoup de forums où les clients peuvent donner leur avis. Il y a aussi un bon nombre de sites de tests qui permettent d’influencer le consommateur sur son achat.

Pour l’alimentaire par exemple, l’internaute fera des recherches offline comme se renseigner en magasin ou consulter des catalogues et prospectus. Il préférera avoir l’avis d’une personne qui connait son produit. Les consommateurs sont méfiants sur ce qui est dit de l’alimentaire sur internet et préfèrent avoir l’avis d’une personne physique.

En moyenne, 54% des recherches concernant l’électronique, la décoration, le sport, l’alimentaire et le bricolage se font sur du offline contre 46% sur du online. Tout dépend du type de produits.

 

Recherche d’infos par les tablettes

Les consommateurs mobiles sont majoritairement portés, à plus de 57%, sur les applications concernant les recherches de produits. Que ce soit pour le sport, pour l’alimentaire, le bricolage ou l’électronique, le consommateur va aller consulter l’application mobile des fabricants ou va aller visiter l’application d’une enseigne physique.

On voit bien le rapport avec ce qui a été dit précédemment concernant l’alimentaire et le consommateur. L’internaute aura plus tendance à rechercher un produit directement sur l’application d’une enseigne physique, cela le rassure.

Les 43% restants des recherches via mobiles se rabattent sur les moteurs de recherche, notamment pour le bricolage (48%), le sport (46%), la déco (43%) et l’électronique (45%). L’alimentaire est moins recherché sur les moteurs de recherche (34%) pour les raisons expliquées précédemment.

Les mobinautes seront plus nombreux à effectuer des recherches via les moteurs que ce qui vont utiliser l’application des fabricants ou du magasin physique ou bien du pure player…

 

Sources d’information

En mélangeant tous types de produits, le consommateur va consulter plus de 2 sources différentes pour pouvoir avoir les informations dont il a besoin.

Pour l’électronique, les sources utilisées sont plus nombreuses (plus de 3) car ce sont des achats qui coutent cher et l’utilisateur veut pouvoir acheter le produit sans se tromper.

Avant d’effectuer leurs achats, les internautes savent déjà où ils vont acheter leur produit. Pour l’alimentaire, 72% vont effectuer leurs achats chez une enseigne traditionnelle. Cela concerne 52% des sondés pour le bricolage et 30% pour les achats d’appareils électroniques.  Mais un grand nombre ne sait toujours pas où acheter ce produit et le décide en fonction des résultats des recherches qu’ils ont effectuées. C’est le cas pour 51% des consommateurs de produits électroniques, 47% pour les consommateurs de déco, et 44% pour les sportifs.

 

Recherche d'informations

Recherche d’informations

Une question se pose de plus en plus. C’est celle de la concurrence entre les pure players et les magasins physiques. Cette question a été posée aux personnes interrogées et ils sont 79% à être contre l’arrêt des prises de commandes le soir après 21 h et le dimanche, contre 21% qui sont pour.

 

Si vous souhaitez avoir plus d’informations, vous pouvez consulter le pdf en cliquant ici ! 🙂

[Objets connectés] Tout savoir sur nos comportements (#smartphone, #tablette, #ecommerce, web)
Rate this post

Pin It
 

ABONNEZ-VOUS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *