[Startup] Du concept à la réalisation : que devez-vous retenir ?
Au sommaire :
  1. Un trio et un concept de choc
  2. Un produit home-made
  3. Tout ça c’est beau, mais qu’est-ce qu’on a à en tirer ?

Un trio et un concept de choc

Mathieu, Valérie et moi, Romain, avons fondé ScopLab.

Le concept de ScopLab est né du constat suivant : apporter au secteur du recrutement une meilleure gestion de leur processus par l’émergement des nouvelles technologies.

Il fallait remédier à leurs problématiques, et proposer un outil permettant aux  ressources humaines d’évoluer en terme de performance, de faciliter le travail des recruteurs, d’automatiser leurs tâches mais tout en gagnant en efficacité, de leur permettre de faire mille et une choses depuis une seule interface, bref, il nous fallait créer l’équivalent de « Jarvis » pour Iron man, version recrutement…

Mathieu et moi avons toujours bossé dans l’univers des startups informatiques. On a toujours eu ce goût des « challenges impossibles » et là, c’était une certitude : on en voulait plus, on voulait notre startup, notre produit, notre bébé.

Alors on a pris notre mal en patience, on a cherché, veillé, on s’est documenté à la recherche non pas d’une « bonne opportunité » mais de L’OPPORTUNITE. Cela fait environ 3 ans maintenant, qu’un soir au bar lors d’une soirée avec une amie à nous, s’est présentée L’OPPORTUNITE. Elle travaillait dans les ressources humaines et se plaignait de l’insuffisance du progrès dans ce secteur. Je n’oublierai jamais ce sentiment, cette décharge qui m’a parcouru le corps lorsque j’ai compris que c’était l’opportunité que j’attendais tant, qui venait tout juste de s’offrir à moi. En un jeu de regards avec Mathieu, on s’est compris. Et on a décidé de s’intéresser au monde des ressources humaines, et des logiciels de recrutements ou ATS (Applicant Tracking System).

Un produit home-made

Nous sommes tous les deux ingénieurs d’études. Il était alors évident que notre ATS, c’était nous qui allions le développer, en bons geeks que nous sommes. Lorsqu’on créée soi-même son produit, on est incollable dessus. On le traite comme son propre enfant, on veille à ce qu’il ne manque de rien et à ce qu’il soit le plus efficace possible. L’avantage aussi, c’est qu’on y intègre ses propres fonctionnalités et on décide des mises à jour pour en intégrer d’autres. On ne dépend de personne. Pendant deux années remplies de péripéties, on a bossé jour et nuit avec Mathieu, pour créer l’arme ultime, notre petit bijou, j’ai nommé : ScopTalent.

Et puisqu’on est des bourreaux du travail (oui, mes chevilles vont bien) et qu’on voit gros, on ne s’est pas contentés d’un simple logiciel de recrutement, mais on a décidé de créer toute une famille : un CRM (ScopCRM) et deux autres outils complémentaires à ScopTalent : ScopVisio (outil de visioconférence) et ScopTest (outil de tests à distance).

Notre objectif ici c’était d’assurer non pas uniquement le recrutement d’un candidat, mais de donner la possibilité aux recruteurs de superviser l’entièreté du cycle de recrutement.

Tout ça c’est beau, mais qu’est-ce qu’on a à en tirer ?

Être entrepreneur, c’est énormément de travail, surtout dans la phase de lancement d’un produit. Et ce qui fait la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent, c’est leur détermination. Leur détermination et quelques autres aptitudes un peu plus « techniques », que je vais vous citer brièvement:

  • Savoir s’entourer : L’entourage de l’entrepreneur est crucial à son développement. Et contrairement aux idées reçues, il ne faut pas s’entourer que de proches, ou de personnes à qui nous ressemblons. C’est très tentant, surtout dans un monde où on peut rapidement se sentir seul dans entrepreneuriat, surtout par rapport à ses proches. En vérité, le juste milieu serait de s’entourer à la fois de personnes proches, mais aussi de personnes avec qui vous vous entendez bien mais qui sont différentes : recevoir des avis fondamentalement différents du notre nous permet de prendre du recul, et de considérer d’éventuels nouveaux besoins. Il faut savoir leur faire confiance car on ne peut pas assurément tout porter sur son dos.
  • Anticiper : c’est est une qualité très importante dans la création de startup : lorsqu’on créée son entreprise, les imprévus ne tardent jamais à venir. Que ce soit des imprévus de temps, liés au budget, à l’équipe, ou des problèmes techniques… Un bon entrepreneur et dirigeant a de nombreuses responsabilités, surtout en création d’entreprise, il endosse plusieurs fonctions en même temps et doit absolument considérer tous les scénarios possibles et préparer des plans B, C, D et ça, jusqu’à Z.
  • Organisation : Lorsque je parle d’organisation ce n’est pas forcément savoir hiérarchiser ses tâches et débloquer le plus de temps possible, pour travailler plus dont je vous parle. Être organisé, c’est aussi savoir prendre du temps pour soi, déconnecté. On lit souvent des entrepreneurs racontant leurs périples dans la création de startups en soulignant les nombreuses nuits blanches qu’ils ont passés. On en a eu aussi, et on en a bavé, comme tout le monde. Et c’est parce qu’on s’est accordé des pauses de temps en temps, quelques instants pour renouer avec notre vie personnelle, que nous n’avons jamais lâché.
  • Dernier conseil et pas des moindres : avoir du TRES bon café ! 😉

Article rédigé par Romain Luron, cofondateur de ScopTalent: ScopTalent est un logiciel de recrutement adapté aux évolutions du métier du recrutement conçu par la startup ScopLab.


Pin It
 
ABONNEZ-VOUS
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *