#Entreprendre dès la fin de ses études, c’est possible !
Au sommaire :
  1.  Le mythe de l'inexpérience
  2. Le mythe de "l'idée qui tue"
  3. Une détermination sans faille

Jusqu’à récemment, la seule décision qui simposait aux jeunes diplômés était de trouver du travail. Et ce, le plus rapidement possible pour éviter le tant redouté « trou » sur le CV. Aujourd’hui, une seconde option s’offre à nous : monter sa startup !

Mais est-ce une bonne idée de se lancer dès la fin de ses études ? Après tout, qu’est-ce que l’on connaît du business ? Du monde du travail ? Et surtout, comment savoir si on a la bonne idée ? C’est suite à notre expérience dans la Silicon Valley que nous avons décidé de nous lancer, Louis et moi-même, dans l’expérience entrepreneuriale. Nous avons en effet retiré trois grands enseignements que nous souhaitons vous présenter ici. Et ce sont ces enseignements qui nous ont convaincu de faire le grand saut et de cofonder notre startup !

 Le mythe de l’inexpérience

On entend souvent dire que se lancer dans la création d’une startup à la sortie de l’école est une opération périlleuse. Qu’est-ce qu’un jeune de 23 ans connait au monde de l’entreprise ? Comment peut-il prétendre savoir mener un projet ? Savoir transformer une idée farfelue en quelque chose qui peut générer des revenus ?

Aux Etats-Unis, s’il y a bien une chose que l’on apprend, c’est qu’il faut être totalement décomplexé vis à vis de cette supposée inexpérience. A titre illustratif, l’âge moyen des fondateurs de Yahoo, Google et Microsoft est de 24 ans ! L’idée qui est défendue, tant par les professeurs que par les investisseurs, est que l’on apprend en essayant. Paul Graham, co-fondateur de Y-Combinator disait: « So, paradoxically, if you’re too inexperienced to start a startup, what you should do is start one. » Paul, gourou de l’entrepreneuriat, soutient donc que la meilleure façon d’acquérir de l’expérience n’est pas de travailler dans une grande entreprise, mais bien de se lancer et d’apprendre de ses erreurs.

 

Startup entreprendreCe qui nous amène vers une différence culturelle majeure entre la France et les US: notre relation vis à vis de l’échec. Dans la Silicon Valley, apprendre, c’est d’abord se lancer, essayer, échouer. Ne pas connaître le succès n’est pas synonyme d’échec, tant que l’on est capable de tirer les leçons de ses erreurs pour se lancer à nouveau ! L’image qui est souvent prise pour décrire un entrepreneur est celle du bébé qui apprend à marcher et tombe à chaque pas. C’est donc précisément en faisant des erreurs que l’on acquiert de l’expérience.

En France, une autre vision prédomine. L’échec dans la création d’une entreprise est pénalisé. Il est mis en avant, pointé du doigt, parfois érigé au statut d’échec social ! Le regard des autres et de la société vis à vis de l’échec peut être tellement pesant qu’il peut dissuader des entrepreneurs de se lancer.

C’est donc de ce regard qu’il faut avant tout essayer de se défaire. Après tout, on n’a aucune chance de réussir si on n’essaye pas !

 

Le mythe de “l’idée qui tue”

idée startup

Le second message qui est largement véhiculé en Californie est qu’il n’existe pas de tel concept que « l’idée qui tue ». De nombreuses histoires de startups à succès présentent souvent les fondateurs comme des visionnaires ayant eu une révélation le jour où ils se sont lancés.

Il n’est pas ici question d’affirmer l’idée initiale, qui va ensuite déboucher sur le projet entrepreneurial, n’est pas importante ! Faire fausse route dès le départ est en effet dramatique pour une équipe pleine d’énergie et de bonne volonté. Toutefois, les produits qui marchent aujourd’hui n’ont souvent pas été imaginés tels quels par les fondateurs. Ils sont en effet le fruit de nombreux cycles de développements alimentés par des retours fréquents des utilisateurs. C’est le principe de l’itération.

Tous les cours présentant la création de startup s’accordent en effet pour dire qu’il faut lancer son produit le plus rapidement possible. Le mot d’ordre est : « iterate, iterate, iterate ». En effet, l’intérêt de produire des cycles de développements très courts est double. Cela permet tout d’abord de recueillir régulièrement les retours des utilisateurs, qui vont ainsi aiguiller l’élaboration du produit. Puis, cela facilite grandement le développement lorsqu’il s’agit d’un site ou d’une solution informatique. L’ensemble apparaît comme beaucoup plus structuré, ce qui contribue à la qualité du produit final. C’est donc la confrontation de l’idée avec son marché qui fait la réelle valeur d’un projet.

 

Une détermination sans faille

startupQuel est donc le prérequis à toute expérience entrepreneuriale ? La première cause d’échec d’une startup n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, le manque de fonds ou une mauvaise idée de départ. Il s’agit bien de la démotivation collective des associés. C’est donc la détermination à toute épreuve de l’équipe fondatrice qui fait la réelle force d’une startup !

L’exemple d’Airbnb reflète parfaitement la détermination des associés. Essuyant refus sur refus de la part des investisseurs, les fondateurs ont dû vendre des boîtes de céréales pour s’assurer une survie financière. Lorsque l’activité commençait à se développer, ils ont eux-mêmes été prendre en photo chacun des appartements présents sur leur site ! Et ont donc construit leur communauté brique par brique !

 

On nous inculque que le plus important est de ne jamais abandonner. Dans les moments difficiles qui vont forcément rythmer l’aventure entrepreneuriale, les co-fondateurs peuvent sentir monter une forme de dépression. Se comparer à ses paires, fixer ses chiffres d’audience ou le nombre de contrats conclus est une incroyable source d’anxiété.

La clé réside donc dans la détermination de l’équipe à comprendre ses utilisateurs. C’est en communiquant avec ses utilisateurs qu’une startup sera en mesure de fournir un service d’une qualité remarquable. Et c’est en rendant service à ses utilisateurs que l’équipe fondatrice retrouve le moral !

Article invité rédigé par Jordane Giuly, ingénieur entrepreneur, co-fondateur de @rebble_it, passionné de musique, de sciences et de nouvelles technologies.  

#Entreprendre dès la fin de ses études, c’est possible !
Rate this post

Pin It
 

ABONNEZ-VOUS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *