Le business des applications mobiles
Au sommaire :
  1. Les marketplaces
  2. Comment donc bien marketer son application mobile
  3. Les techniques de monétisations

On en parle sans arrêts. Mais comment marche vraiment le business des applications mobiles ? Quelles stratégies adopter ? Aujourd’hui, on en est tous friands. (Utilisateurs d’Iphone et d’Android si tu m’écoutes), mais comme moi, de nombreuses interrogations vous trottent dans la tête quant à ce sujet…

Voici quelques éléments de réponses :

Applications Mobiles

Applications Mobiles

Les marketplaces

De ce côté là, je ne vous apprend pas grand chose : il existe quelques (et bien assez cependant) de dites «  marketplaces » d’applications mobiles:

  • AppStore pour Iphone : qui vient de fêter les 25 milliardièmes applications téléchargées.
  • Android Marketplace pour Android : qui grignote de plus en plus de part de marché grâce à son parc grandissant d’utilisateurs de Smartphones Android
  • Windows Phone : dans une moindre mesure, mais qui je pense, aura son mot à dire et des parts de marchés à grignoter dans les mois/années à venir.
  • Etant donné la situation de Blackberry, on évitera de débattre sur BlackBerry Apps.

De plus en plus d’applications mobiles, majoritairement Iphone et Android sortent chaque jour, chaque minute. Contrairement à il y a quelques années encore, il faut aujourd’hui  redoubler pour se faire remarquer.

Pour vous donner un ordre d’idée, pour figurer dans le top 25 de l’appstore US, il faut générer envrion 80 000 download/jour. C’est sérieux ? Même l’application Facebook se retrouve aux alentours de la 25ème place.

En gros, hormis s’appeler Facebook, se faire télécharger par des robots virtuels ou dépenser plusieurs milliers de dollars tous les 2 jours, c’est impossible d’y figurer.

Il y a donc pour l’instant un problème de découverte d’applications. On retombe toujours sur les mêmes, et cela suivant les catégories. Oui vous aussi vous l’avez remarqué n’est-ce pas ?

Les algorithmes des marketplaces sont cependant en train d’évoluer. Une plus grande prise en compte des usages, donc la qualité, plutôt que la quantité, c’est-à-dire le nombre de download. Il ne suffira donc plus d’avoir de l’argent pour générer du trafic, il faudra également proposer une application de qualité, et fidéliser ses utilisateurs.

Comment donc bien marketer son application mobile

On dit qu’un bon et fidèle utilisateur d’application mobile coûte environ 1,8 dollars au recrutement. Cela dépend des cas je pense, et notamment de l’application proposée surtout : de son ergonomie, sa plus value utilitaire, ses mises à jours, ses nouveautés, son social gaming….

Coût d’acquisition =  Cout marketing / (Nombre réel d’utilisateurs X Taux de réduction de la base d’utilisateurs X facteur de viralité.)

Pour indication : après 3 mois, il ne reste que 5% de vrais utilisateurs de l’application (en moyenne bien sûr)

Comme nous venons de le dire un peu plus haut, bien marketer son application c’est la rendre attractive de par son utilité. Mais ce n’est pas tout, il faut bien que les utilisateurs sachent que votre application mobile existe. Beaucoup croient encore que lancer son application, et la diffuser sur une marketplace comme Android Market suffit à faire son succès. Stop !

– Tout d’abord, pensez au SEO :

Comme sur le search, on parlera de SEO de son application.

Il existe 2 stratégies :

  • Se placer sur des requêtes peu occupées.
  • Se placer sur des requêtes avec beaucoup de trafic.

On a la possibilité de connaître les mots clés des concurrents. Seuls les mots-clés mentionnés pendant lors de l’upload de l’application sur la marketplace sont pris en compte. Vous pouvez rentrer ce que vous voulez. A vous de faire les bons choix. A noter que les catégories du type : jeux, réseaux sociaux, deals, lifestyle sont très nerveuses.

exemple-catégories-AppStore

exemple-catégories-AppStore

 – Ensuite, pensez « stratégie globale » :

Comme tout bon marketeur, je sais qu’il ne faut pas mettre tout ses œufs dans le même sac… Vous aussi non ? Il sera donc nécessaire de coordonner ses actions marketing : sur le Search, le Display, le Community Management. .. Tout doit être pensé et logique. Essayez également d’agir sur le moyen ou long terme, et non ponctuellement. La chronologie est importante.

Conseil : lancer une application mobile, c’est dépensé 50% du budget dans son développement et 50% dans le marketing (donc la promotion) de l’appli. L’un sans l’autre est désormais impossible.

Il est désormais aussi possible de tracker les comportements sur applications, pourquoi donc s’en priver ? Quoi de mieux que de comprendre ses utilisateurs ?

Astuces : de plus en plus de gens lisent leur mails et newsletters via mobile. Proposez donc le téléchargement de l’application via votre newsletter mobile seulement. Vous aurez 2 fois plus de chances de convertir et l’utilisateur sera d’autant plus qualifié car il lisait déjà vos newsletters. (« Venez télécharger l’application PressMyWeb !»)

La relation entre applications mobiles et les médias sociaux est également importante : publier un post sur le téléchargement de l’application est d’autant plus logique et bénéfique surtout lorsque l’on sait par exemple que la majorité des gens consultent leur Facebook ou Twitter sur mobile.

Dans une logique de concurrence également, traduire son application dans différentes langues ne coûte rien, pourquoi ne pas en profiter ? Se positionner sur les mots-clés dans chaque langue utilisée par l’application. Cela peut notamment vous permettre de voir sur quels marchés investir d’avantage.

Les techniques de monétisations

  • L’E-pub : vendre des « espaces bannières » sur vos applications mobiles pour un eCPM  compris généralement entre 1€ et 2€. (attention à bien cibler, on a trop souvent l’habitude voir sur nos applications mobiles, de jeux notamment, des pubs indésirables sur lesquels on clique car mal optimisées et positionnées.)
  • Freemium : dans un premier temps gratuit, puis payant par la suite pour aller plus loin. (modèle le plus rentable actuellement). A vous de créer l’addiction à votre application.
  • Ad Corner : Vous possédez une application payante. Vous pouvez la proposer gratuite à condition qu’un annonceur, qui recherche des prospect qualifiés (que vous possédez ou que vous pouvez recruter), vous loue l’application (donc vous payes le prix de l’application à chaque download mais elle est affichée gratuite pour l’utilisateur). La condition est donc que les utilisateurs de cette version gratuite de l’application subiront l’affichage des petites bannières de l’annonceur en question lors des utilisations.

Si vous avez d’autres éléments à apporter à ce point sur le business des applications mobiles, lâchez-vous dans les commentaires !

 


Pin It
 

ABONNEZ-VOUS

 

31 commentaires

  1. Pingback: Activ Browser

  2. Pingback: c3m

  3. Pingback: c3m

  4. Pingback: Hugues Leproux

  5. Pingback: c3m

  6. Pingback: Mikael Witwer

  7. Pingback: juliepeiffer

  8. Pingback: c3m

  9. Pingback: c3m

  10. Pingback: c3m

  11. Pingback: c3m

  12. Pingback: Stéphane Genty

  13. Pingback: Marc FALEMPIN

  14. Pingback: Ma Veille Web

  15. Pingback: Azerty Communication

  16. Pingback: Benjamin Descamps

  17. Pingback: Frédéric Vancauwenbe

  18. Pingback: Benoit Gouthiere

  19. Pingback: c3m

  20. Pingback: Audrey Bégué

  21. Pingback: c3m

  22. Pingback: Charles - PressMyWeb

  23. Pingback: ArnaudR

  24. Pingback: Charles - PressMyWeb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *